André Trivès - Le Berger de Mostaganem

André Trivès - Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem

Conférences données par André Trivès, auteur Le Berger de Mostaganem
Conférences données par André Trivès, auteur Le Berger de Mostaganem

André Trivès - Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem
Le berger de Mostaganem
Le Berger de Mostaganem

Extrait 5

Bab el Oued : le cadé de Cadix

Les années 1935-1938 furent des années de galère pour le petit peuple de Bab el Oued. Le travail en Algérie rencontrait des années noires. Cela ne correspondait plus aux sermons flatteurs colportés à l'occasion du centenaire de 1930. Le quartier comptait de nombreux chômeurs et la mode leur faisait porter un petit foulard rouge autour du cou. La chanson en vogue reprise en cœur par les foules désœuvrées, « l'Internationale », résonnait presque chaque jour sur la place des Trois Horloges. Les pères et les mères sans travail et sans argent, n'avaient plus de quoi nourrir leur famille. Il n'en fallait pas plus pour que l'ensemble des ouvriers de Bab el Oued épouse la cause du Parti Communiste, seul parti à gueuler avec force l'indignité de la situation. En France, les partis politiques de gauche s'ouvrirent les portes du gouvernement et gagnèrent la sympathie de tous en réduisant la semaine de travail de 48 à 40 h et en instaurant deux semaines de congés payés. Pour la première fois on parlait d'instaurer un fonds national d'indemnisation du chômage et un régime de retraite pour les vieux travailleurs. C'est dans le droit fil du front populaire que fut fondé en 1937, par Pascal PIA, au 9 de la rue Koeklin à Bab el Oued le journal Alger Républicain.

Un marasme économique sans précédent bouleversait les habitudes de chacun. Le grand marché couvert, d'ordinaire si exubérant, traduisait la morosité ambiante et installait le doute d'un avenir meilleur pour les nouvelles générations. Les conversations sur les trottoirs tournaient autour de la fermeture des ateliers et des combines nécessaires pour trouver un emploi précaire sur quelques journées. Les chants des couturières et des petites mains s'étaient tus faute de clients ; elles rejoignaient leur mari déjà sur le carreau. Plus de boutons à coudre à cinquante sous la veste ou à trente sous le pantalon. Sans revenu fixe les temps durcissaient les contraintes. Il n'était pas rare pour les familles, avec en moyenne cinq bouches à nourrir, de souper le soir avec un bol de café au lait et une tartine de pain rassis. Ici, on savait très bien ce que voulait dire l'expression « se coucher l'estomac dans les talons ».

Comment pouvait-on sortir de cette misère dont on ne voyait plus la fin ? A quand la reprise des petites entreprises familiales qui n'embauchaient plus personne ? Les petits boulots à la tâche et payés à l'heure s'appréciaient comme du pain bénit.

La mairie d'Alger n'éprouvait aucune peine à trouver des volontaires taillables et corvéables à merci. Ils arrivaient par le premier tramway au petit matin et s'alignaient pour former de longues files d'attentes. La tâche proposée consistait à curer et à entretenir les égouts de la ville. Venus pour trouver un morceau de pain, nombreux étaient ceux qui contractaient une maladie dans le dédale des caniveaux souterrains à l'odeur pestilentielle et parcourus par des meutes de rats affamés. Ils se nommaient eux-mêmes « les travailleurs de la honte ». Comment pouvaient-ils se considérer lorsqu'ils ramenaient à la maison le typhus, la fièvre typhoïde ou un début de choléra ? Les « veinards » échappaient aux conséquences radicales jusqu'à quand ? Au retour à la maison, dans la cuvette émaillée, ils se décrottaient avec rudesse pour se débarrasser de l'odeur nauséabonde collée à leur peau...


Le Berger de Mostaganem - roman historique

CONFERENCES

André Trivès, auteur

Données personnelles

Le traitement des données collectées sur ce site a fait l’objet d’une déclaration n°1781288 à la commission nationale informatique et libertés (CNIL).

Si, au titre des articles 34 à 37 de la loi informatique et libertés (loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés),

vous désirez obtenir communication des éventuelles informations nominatives vous concernant ou les faire rectifier,

merci de nous contacter par email (avec le lien contact du site) ou voie postale aux coordonnées ci-dessus.

  André Trivès

Auteur

Sortie mai 2012 - Disponible Fnac - amazon - Les Presses du midi

Le Berger de Mostaganem

Roman Historique

Roman Historique : " Le Berger de Mostaganem" d'AndréTrivès